SNIM 2016 à Marseille

Sylvain TILLIERE, le dirigeant de TECNIS ASSURANCES participera à la Régate de Lundi à bord du SFS II.

Informations, photos et vidéos à venir

SNIM 2016

Cérémonie du trophée des Femmes de l’économie en PACA le 29 Avril 2016

Le  Trophée des « Femmes de l’économie » en Provence-Alpes-Côte d’Azur tiendra sa 7e cérémonie de remise des Trophées le vendredi 29 avril 2016 au Château Font du Broc, près de Draguignan. Comme l’année précédente, les talents au féminin de Monaco sont fortement encouragés à participer à l’édition.

Cette cérémonie est sous l’égide de Geneviève Maillet, avocate spécialisée dans le droit commercial, des affaires et de la concurrence et nouvellement 1er bâtonnier du Barreau de Marseille. Une véritable source d’inspiration pour les futures candidates des Trophées puisqu’elle est la première femme à occuper cette fonction dans la région.

Tecnis Assurances est partenaire de cette cérémonie et souhaite bonne chance aux candidates

Ain Assurance était présent au Trophée des femmes de l’économie en Aquitaine

IMG_1376C’était la première remise des trophées  des Femmes de l’économie 2014.

Ain Assurance était partenaire et à remis à chaque lauréate la Broche créée par Arthus BERTRAND.

La manifestation a eu lieu au Château Smith Haut Laffite.

www.smith-haut-lafitte.com

Bravo à toutes les lauréates et aussi à toutes les participantes.

 

PROCHAIN RENDEZ A MARIGNANE pour les Trophées en PACA

UFC – Que Choisir souligne l’urgence de sensibiliser aux dangers des accidents de la vie privée.

Bonjour à tous,

Un article intéressant sur LA GAV publié par le magasine UFC que choisir qui souligne l’urgence de sensibiliser le public aux danger des accidents de la vie.

Venez nous rencontrer dans nos 2 agences pour découvrir les avantages des garanties proposées par Ain-Assurance sur ce problème.


Accidents de la vie courante
Il est urgent d’agir !

Bis repetita ! Comme en 2010, le Collectif interassociatif de lutte contre les accidents de la vie courante (Clac) – dont fait partie l’UFC-Que Choisir – dépose sa candidature pour obtenir le label « grande cause nationale » en 2013. Si elle aboutissait, cette initiative permettrait d’organiser une campagne nationale d’information destinée à lutter contre un fléau à l’origine de 20 000 décès chaque année.

Quand on veut, on peut. Statistiques à l’appui, le Dr Bertrand Thélot de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) a prouvé que les 20 000 décès annuels n’étaient pas une fatalité et qu’il n’y avait pas que dans les hôpitaux que l’on sauvait des vies. Ainsi, chez les moins de 15 ans, on est passé de 1 200 à 220 décès/an entre 1979 et 2006, soit 1 000 vies sauvées même si on déplore encore 5 décès/semaine… Autre exemple, en 30 ans, les électrocutions ont fait 100 victimes de moins grâce à l’adoption de fiches électriques sûres.

Toutes les tranches d’âges sont concernées. Que l’on parle de chutes (défenestration d’enfants, bricoleurs tombant d’une échelle instable, personnes âgées se prenant les pieds dans le tapis…), de noyades (bébé dans la baignoire, enfant dans la piscine familiale, adolescent pratiquant un sport ou senior présumant de ses forces…), d’intoxications ou de brûlures.

De nécessaires campagnes de sensibilisation

La faute à qui, à quoi ? Ces accidents sont souvent dus à des comportements imprudents, mais pas uniquement. Et à Que Choisir, nous sommes bien placés pour savoir que des produits à risque sont à l’origine d’accidents graves et de décès ! Nous les repérons lors de nos tests, nos lecteurs nous en signalent aussi. Dès 1996 nous avons d’ailleurs créé une banque de données pour recenser tous les produits dangereux rappelés par les fabricants ou les pouvoirs publics. Aspirateurs, automobiles, poussettes, tondeuses, vélos, shampooing, peluches… la liste est longue et variée. Et nous nous battons aussi pour améliorer la réglementation, comme celle sur l’inflammabilité des canapés, que nous attendons toujours.

Espérons que le Clac décrochera ce label « grande cause nationale ». Le sujet mérite une campagne d’envergure nationale pour que tous – consommateurs, fabricants, hommes politiques – prennent conscience de l’ampleur du phénomène. 20 000 décès, c’est 5 fois plus que les 4 000 provoqués par la route. 11 millions de personnes sont victimes chaque année d’un accident domestique ou de loisirs. C’est 30 000 par jour… Ces accidents ne sont pas une fatalité. Une campagne bien conçue peut sauver de nombreuses vies, éviter de nombreuses séquelles. Et elle ne devra pas seulement mettre l’accent sur le comportement du consommateur, car ce serait voir le problème par le petit bout de la lorgnette… Alors une campagne, oui, mais une campagne bien pensée. Et vite !

Par Micaëlla Moran

Les Femmes de l’économie en Rhône Alpes

Lors de cette soirée, nous avons eu l’immense honneur d’avoir à nos cotés  l’explorateur Jean Louis ETIENNE.

Quel Monsieur !!  Merci encore pour votre intervention et quelle  joie de vous écouter avec Christine JANIN.

Le trophée de Femmes de l’économie en Rhône Alpes 2012

Le 6 et 7  Octobre 2012, plus de 300 personnes ont assistées au Trophée des Femmes de l’économie en Rhône Alpes.           

Lors de la cérémonie, AIN ASSURANCE  agent GENERALI a remis le trophée de l’Entreprise Responsable à Mme Patricia Gros société HANDISHARE.

Ain Assurance est fière de s’associer depuis 2 ans à cette manifestation.

La publicité des contrats d’assurances Vie sous surveillance

Selon l’article de L’argus du 25/03/2011 l’ ACP recommande de nouveau de veiller aux publicités des Produits d’Assurance Vie qui des fois sont déroutantes et très alléchantes mais incompréhensibles.  Ci joint l’article :

L’Autorité de contrôle prudentiel a émis une nouvelle recommandation portant sur les campagnes de communication des contrats d’assurance vie en unités de compte composés de titres obligataires et autres titres de créance. Cette recommandation, dûment publiée au Registre officiel de l’ACP, résulte de réclamations de consommateurs et de l’examen de certaines publicités qualifiées de « potentiellement trompeuses » par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l’ACP et coordonnateur du Pôle commun(ACP-AMF). Elle s’appliquera aux actes de commercialisation postérieurs au 30 juin 2011. Dès lors, il conviendra d’insérer en caractères « très apparents et à proximité des indications liées au rendement » un avertissement rédigé dans un « langageaccessible » mettant en garde sur les risques liés au support proposé. Par ailleurs, le taux de rendement affiché (qui sert actuellement le plus souvent d’accroche au message publicitaire) devra être annualisé, tandis qu’une mention, elle aussi toute proche, précisera qu’un tel rendement peut potentiellement être supérieur, inférieur voire négatif. Voilà de quoi limiter la créativité des agences de pub du secteur !
Cette recommandation sur l’assurance vie complète celle déjà émise le 15 octobre 2010 relative à la commercialisation des contratsen UC. Et ce ne sera pas la dernière, car l’ACP admet regarder de très près ce qui se passe surinternet.

 

Santé collective

article publié sur l’ARGUS

Santé collective : fortes hausses de cotisation en 2011

Réunis à Reavie, les professionnels de l’assurance collective envisagent des augmentations tarifaires sur la santé aux environs de 7% pour l’année prochaine. Notamment en cause, la taxe de 3,5% décidée par le gouvernement.
Le calcul est rapidement fait. Une évolution des dépenses de santé aux environs de 3% (Ondam), de nouveaux transferts de la Sécurité sociale vers les complémentaires santé avoisinant 500 M€ et la fin de l’exonération totale de taxe sur les contrats d’assurance (TSCA) pour les couvertures santé : au final, l’addition pourrait aboutir à une hausse pour les régimes collectifs de frais de soin qui atteindrait en moyenne 7% en 2011. Comme l’a reconnu le député UMP, Philippe Vitel, à Reavie, « je ne vois pas comment les complémentaires santé pourraient absorber cette taxe de 3,5% sans augmenter les cotisations ». Pour un bon connaisseur du secteur, la fourchette se situerait même entre 7% et 10%. De son côté, Christian de la Brélie, directeur général de D&O, a annoncé un taux pivot de 6% à 7% pour le groupe de protection sociale, en précisant bien qu’il n’y aurait pas d’application uniforme. Les contrats collectifs bénéficiaires ne seront ainsi pas concernés.

L’addition sera d’autant plus salée pour les entreprises que dans le même temps, les tarifs des régimes de prévoyance devraient également augmenter. Avec la crise, les arrêts de travail sont, en effet, repartis à la hausse. Et le secteur de l’assurance affiche de sérieuses préoccupations quant à l’impact sur les équilibres financiers du recul de l’âge de la retraite à 62 ans.

Réunis à Reavie, les professionnels de l’assurance collective envisagent des augmentations tarifaires sur la santé aux environs de 7% pour l’année prochaine. Notamment en cause, la taxe de 3,5% décidée par le gouvernement.
Le calcul est rapidement fait. Une évolution des dépenses de santé aux environs de 3% (Ondam), de nouveaux transferts de la Sécurité sociale vers les complémentaires santé avoisinant 500 M€ et la fin de l’exonération totale de taxe sur les contrats d’assurance (TSCA) pour les couvertures santé : au final, l’addition pourrait aboutir à une hausse pour les régimes collectifs de frais de soin qui atteindrait en moyenne 7% en 2011. Comme l’a reconnu le député UMP, Philippe Vitel, à Reavie, « je ne vois pas comment les complémentaires santé pourraient absorber cette taxe de 3,5% sans augmenter les cotisations ». Pour un bon connaisseur du secteur, la fourchette se situerait même entre 7% et 10%. De son côté, Christian de la Brélie, directeur général de D&O, a annoncé un taux pivot de 6% à 7% pour le groupe de protection sociale, en précisant bien qu’il n’y aurait pas d’application uniforme. Les contrats collectifs bénéficiaires ne seront ainsi pas concernés.

L’addition sera d’autant plus salée pour les entreprises que dans le même temps, les tarifs des régimes de prévoyance devraient également augmenter. Avec la crise, les arrêts de travail sont, en effet, repartis à la hausse. Et le secteur de l’assurance affiche de sérieuses préoccupations quant à l’impact sur les équilibres financiers du recul de l’âge de la retraite à 62 ans. Les employeurs seront-ils pour autant tentés de revoir les couvertures à la baisse ? Christian de la Brélie en doute : « Les salariés sont très attachés à conserver leurs garanties complémentaires. » Mais les arbitrages entre salaires directs et financement de la protection sociale pourraient évoluer.

François Limoge (en direct de Reavie, à Cannes).

Un point sur l’épargne Retraite

Les députés ont décider de favoriser le développement de l’épargne retraite

Adoptée mercredi à l’Assemblée nationale, la réforme des retraites consacre finalement une place à la retraite par capitalisation. Parmi les nouveautés introduites, la possibilité de sortir en capital du Perp au moment du départ en retraite, à hauteur de 20%.

C’est dans une ambaince théatrale et sans vraiment de débats qu’a été adoptée, mercredi après-midi, par 329 voix pour et 233 contre, la réforme des retraites au Palais-Bourbon. Les députés ont réservé une place à la retraite par capitalisation, lui consacrant même un titre dans le projet de loi, intitulé « mesures relatives à l’épargne retraite ». Les assureurs sont, plutôt satisfaits du texte.

Il faut resté prudent car la réforme doit passer devant le Sénat le 5 octobre pour être définitivement adoptée. Le projet de loi prévoit plusieurs nouveautés.

L’une des plus importantes dispositions concerne la possibilité donnée aux assurés de sortir en capital du Perp au moment du départ en retraite, à hauteur de 20%. Une mesure qui, soulignent les assureurs, va entamer le capital épargné et réduire le montant des rentes versées. En l’absence de compte épargne-temps, les salariés auront la possibilité de verser dans un Perco, dans la limite de 5 jours par an, les sommes correspondants aux jours de repos non pris. Ils pourront aussi placer des sommes issues de la participation vers le Perco, mais uniquement s’il a été déjà été mis en place dans l’entreprise.

Le sujet sera développé très prochainement sur tous les médias